don't forget who i was
BEFORE I TURNED INTO A MONSTER

STILES HASTINGS. FEELIN' 17. HOT BOD'

so when the Dᴇᴠɪʟ wants to dance with you
you better say ❝ ɴᴇᴠᴇʀ ❞ ;;
because a dance with the Dᴇᴠɪʟ might last you
{ ℱ ᴏ ʀ ᴇ ᴠ ᴇ ʀ }

équipes: viré des deux, whatev.
hotness level: un bon 6 (pas un 5).

friendly reminder: je serais riche si on me donnait un dollar à chaque fois que quelqu'un me demande ce qu'est un Stiles.

—Do you think
after a l l the horrible things that I’ve done…
it’s ᴘᴏssɪʙʟᴇ to be
FORGIVEN—;

J’adore ça.

hbic-auntie-snix:

Tu me rends triste là, ma mère a acheté une nouvelle batte et je ne suis pas contre pour quelques coups perdus… Peut-être ton cousin avec sa moitié de cerveau ?

image

Oh, il faudra que je vienne la tester sur vos murs une prochaine fois. Enfin, plutôt à l’extérieur pour éviter de mettre en rogne Mama Lopez. Non non, il l’a jamais utilisé et il n’en a rien à faire, en fait. C’est sûrement juste des crétins de votre quartier qui passaient dans le coin…

(Source : stiles-hastings)



J’adore ça.

hbic-auntie-snix:

Besoin d’un peu d’hospitalité de Lima Heights?

image

Vous allez pas casser les rotules à tout mes voisins, je sais même pas qui a fait cette merde. 

(Source : stiles-hastings)



J’adore ça.

shinyspencer:

Le Karma est une garce.

image

Il n’y a pas que le karma qui est une garce aujourd’hui.

(Source : stiles-hastings)



J’adore ça.

Quand on raye ma voiture une semaine après que j’ai enfin réussi à terminer les réparations. C’est juste une putain de blague. Où est la caméra. Ma vie est une putain de comédie, sérieux (supprimé)







shinyspencer asked:

[SASTRID on les joue pas mais whatev] "What have I done this time?" "What were you thinking?" "Where are my clothes?" "Why are you wearing that?" "You lied to me!" "You. Come. Snuggle. NOW!" [CAINE X DIANA]: "Are you even listening to me?" "Do you love me?" "Don’t go." "I could kill you!" "I love you, but I really wish I didn’t.” "I want you. Naked. In my bed. Now." "It’s time to choose.” "Just go." "Never again." "No, that can’t be my baby." "What happened to you?" "You’re dead to me."

"What have I done this time?" (sam)

Le cri enragé de Sam envers Caine transperce sauvagement et durement l’air. Astrid n’est plus très loin de lui comparé aux deux semaines qu’ils ont passés séparés contre leur gré, la belle ayant été kidnappé par le camp adversaire de Sam. Celui de son soi-disant frère jumeau. Ce dernier le fixe avec un rictus, une Diana passive et un Drake ravi à ses côtés. Astrid est emprisonné par le tentacule de Drake. D’ores-et-déjà, Sam sait que Caine n’est pas celui qui s’est sali les mains en faisant du mal à la blondinette. Non, c’est Drake, bien sûr. Il prenait un malin plaisir à la souffrance des autres. Il adorait ça même. Et Sam serre la mâchoire en faisant un pas en avant comme prêt à passer toute sa rage sur le trio. Mais la main de Quinn, son meilleur ami, se pose sur son bras pour l’empêcher de faire une bêtise et Caine prend la parole. “Ne fais pas le dramatique. Ce n’est qu’un simple avertissement." Il n’incline qu’imperceptiblement la tête vers Drake qui lâche sa victime à contre-cœur. Quand il aura renversé Caine, la princesse de glace finira dans ses griffes et y crèvera rien que pour qu’il puisse détruire complètement Sam du Bus. C’est ce qu’il se dit en regardant Astrid s’enfuir en courant avec le reste de force qui lui restait, les yeux collés sur Sam. Malgré ses mains nouées, elle réussit à lui toucher le visage et ce fût comme si ce contact lui avait été enlevé depuis plusieurs mois. L’Enfer s’arrêtait. Elle le savait maintenant qu’elle voyait et touchait le garçon.

image

"What were you thinking?" (sam)

Sam est furieux devant elle, ses yeux la brûlent sur place. Il est furieux parce qu’elle n’est pas venue le rejoindre au lac alors qu’ils s’étaient dit qu’ils essaieraient de régler leurs problèmes de couple là-bas. La vérité c’est que la blondinette n’avait pas pu s’y rendre parce que Zil avait essayé de la faire pendre avec son petit frère. Mais en fin de compte, elle était incapable de se souvenir si elle avait vraiment l’intention d’y aller avant que l’incident n’arrive. Et c’était une explication suffisante pour Astrid. “C’est terminé, n’est-ce pas ? Nous deux.”, il est plus calme, triste même mais lucide. La jeune femme est aussi lucide que lui quand elle répond dans une fuite de regard. “Oui." Ils le savent depuis un bon moment d’une certaine façon. Ils s’étaient évités constamment par peur que ça soit la vérité mais ils n’avaient plus envie de courir dorénavant. "Oui, c’est fini.

image

"Where are my clothes?" (sam)

Je les ai donnés à des petits qui n’avaient plus grand chose à porter." annonce simplement Astrid sans se retourner. Le garçon l’entend autrement parce qu’il la pousse à faire volte-face en lui accrochant le poignet. D’abord, la jeune femme est surprise mais il ne faut que de quelques secondes supplémentaires pour qu’elle s’inquiète au visage tiré par l’énervement et la fatigue de son petit-ami. "Ah parce que maintenant en plus d’être un génie tu es une sainte… Il ne t’a jamais effleuré l’esprit que je voulais les garder ? Ce sont mes vêtements. Il y a beaucoup de garçons ici alors pourquoi est-ce que ce sont mes habits que tu décides de donner ?" Il bouge rapidement la tête en parlant, il a l’air de connaître la réponse aux questions qu’il pose parce que dès qu’elle ouvre la bouche, il secoue la tête et parle à sa place. "Non je sais ce que tu vas me dire. Que ces petits ont confiance en moi, qu’ils me voient comme leur leader. Mais j’ai que 16 ans Astrid, je ne veux être le leader de personne, je veux faire du surf et rigoler avec Quinn comme avant, j’en ai marre de toutes ces responsabilités, je les ai jamais voulus !" Des larmes se sont formés dans ses yeux bleus, la blondinette devine que le problème dépasse ses vêtements. Il craque sous la pression. Elle l’attendait presque au tournant. Mais elle doit lui tenir tête. "Tu les as pourtant. Pleurnicher sur ça n’a jamais aidé personne, Sam." lance-t-elle tendrement en entourant ses bras autour de lui pour l’attirer dans une étreinte. Il souffle irrégulièrement contre ses cheveux. "Je ne veux pas être le type qui envoie des gamins à la mort." Il resserre ses bras derrière le dos d’Astrid. "Avec ou sans toi, des personnes perdront la vie tant qu’on continuera d’être coincés dans ce dôme. Seulement tu peux décider de faire en sorte de minimiser le nombre.” Il soupire alors elle ajoute: “Je n’ai jamais autant cru en quelqu’un comme je crois en toi." Même pas Dieu.

image

"Why are you wearing that?" (sam)

Astrid n’arrive pas à déterminer si elle est soulagée d’entendre la voix de Sam ou juste inquiète et énervée. Il n’est pas au courant qu’elle est ici. De ce que lui a fait subir Orc ni du fait qu’il n’en a pas terminé avec elle. Ni avec le petite Pete, son frère de 9 ans autiste. Quand elle trouve la force de crier de toutes ses forces le prénom de son petit-ami, la porte est déjà fermée, sans qu’elle ait pu entendre la réponse qu’avait fourni la brute, et Orc ré-apparaît à l’arrière de la boutique, équipé d’une batte rouge flamboyante. La blondinette en tremble de peur. Mais le garçon s’accroupit et se penche vers elle en effleurant ses cheveux. “Je ne te veux pas de mal Astrid," L’état de son visage n’est pas d’accord. "T’es une gentille fille. Mais Caine veut ton frère et se venger de Sam, et j’ai besoin de faire mes preuves si je veux pouvoir entrer dans la compétition contre Drake et Diana.

image

Peu importe les raisons qu’il pouvait donner pour excuser son comportement, le Petit Génie n’était pas prête d’oublier le craquement bruyant de sa mâchoire lorsque la batte s’était abattu sur elle, la faisant voler la face contre le sol froid, en crachant du sang. Et le cri de douleur qui lui avait été arraché avait, heureusement, fait revenir Sam sur ses pas et rentrer brutalement dans la boutique. Il s’était jeté immédiatement sur Orc, les muscles contractés par la rage. Les coups de poings volaient. Astrid avait forcé son regard sur son frère qui n’était pas conscient de ce qui se passait autour de lui, pas inquiet pour sa sœur, souvent la jeune femme détestait Pete pour ne pas être comme les autres, mais à cet instant elle était reconnaissante qu’il n’ait pas à subir ça. Il semblait émerveillé par le plafond et c’était mieux comme ça. Mais les mains qui se posèrent sur ses hanches la firent émettre un hoquet de surprise et de peur avant que Sam ne la retourne avec douceur. “Astrid…" Sans un mot, elle s’engouffre dans les bras sûrs du garçon et ne fait rien pour retenir ses sanglots qui sont déformés par la colère qui brûlait vivement dans sa poitrine. Il passe sa main à plusieurs reprises dans ses cheveux blonds, inquiet d’y sentir du sang quelque part. Son prénom est comme une mélodie qu’il ne cesse de répéter pendant un long moment. Avant qu’Astrid ne s’arrache à cette étreinte, vacillante, titubant vers le corps d’Orc qui s’était mis à remuer. Le canon du fusil pointé sur son front, elle ne se rend pas compte du niveau de tremblements de ses coudes ou de ses jambes. Elle est aveuglée par le besoin de vengeance. Mais une main se serre tendrement sur son épaule, elle n’a pas besoin de se retourner pour sentir le regard de Sam peser sur elle. "Crois-moi, j’ai aussi envie de le voir crever mais si tu fais ça, aucun ordre ne pourra régner ici, les enfants feront leur propre justice dans leur coin." Astrid a envie de le gifler pour vouloir l’atteindre par la culpabilité et la logique. Elle ne tire cependant pas, affrontant sans pitié le regard terrifié d’Orc. "Je sais que tu te dis que ça serait si facile. Qu’en une pression, tu peux mettre fin à ton cauchemar mais tuer quelqu’un ne te fera pas de bien." approfondit Sam en s’osant à poser sa main libre sur l’arme, la baissant lentement jusqu’à ce que l’autre garçon ne soit plus en danger. Les lèvres collées aux beaux cheveux de sa petite-amie, il embrasse son crâne avec douceur parce qu’elle n’a jamais eu l’air autant fragile et forte à la fois. En fermant les paupières, des larmes s’échappent pour couler sur le visage abîmé d’Astrid. "Je suis fier de toi.”

image

"You lied to me!" (sam)

Tu es bien placé pour me faire ce reproche. Pardon, je crois que j’ai envie de rire tellement c’est ridicule et hypocrite de ta part.

image

"You. Come. Snuggle. NOW!" (sam)

Astrid n’était pas née de la dernière pluie. Ce n’était pas que câliner qu’il voulait faire. Plus depuis deux mois. Il voulait plus. Des choses qu’elle n’était pas encore mesure de lui fournir peu importe combien elle l’aimait. Pourtant elle glisse malgré tout sur le lit et embrasse tendrement ses lèvres, sans arrières-pensées. C’est presque une excuse pour ne pas lui donner ce dont il veut. Mais il s’embrase et presse plus durement sa bouche contre la sienne, les mains baladeuses. Astrid fait un mouvement de recul, allant même jusqu’à se relever. “Non, Sam. Tu sais que ma réponse est toujours non.” Furieux, il lui fait également face, elle remarque ses cernes presque mauves et la tension dans sa voix. Drake continue à le tourmenter dans son sommeil. “J’en peux plus, Astrid ! Avant tu étais celle qui m’empêchait de devenir fou mais petit-à-petit, tu deviens la raison de ma folie !" Il a perdu son calme et la blondinette le toise, les mains sur les hanches et le regard dur. "Parce que je refuse de coucher avec toi ?" Il s’approche un peu plus d’elle, toujours énervé. "Parce que tu refuses d’accorder ce que mon corps d’adolescent réclame, oui ! Maintenant être avec toi n’est plus que souffrance et frustration." Elle perçoit les yeux de Sam qui s’attardent sur sa chemise blanche qui n’était plus si chaste que ça quand elle se situait sous une source de lumière. Mais elle n’y faisait pas attention, blessée par les mots du jeune homme. "Tu refuses parce que ça signifierait que tu dois lâcher les rênes et t’en es incapable parce que tu veux toujours tout contrôler ! Tu veux que je te dise, on devrait arrêter de t’appeler Astrid le Petit Génie pour t’appeler Astrid la Petite Sainte" Cette fois il dépasse les bornes et la gifle part toute seul, le bruit que ça fait est plus claquant qu’elle aurait pu l’imaginer. Tellement que Taylor apparaît au niveau de la porte avec sa jupe courte et son haut moulant, les deux filles n’arrivent pas à se supporter parce que la blondinette l’a toujours soupçonné de craquer sur Sam. "Est-ce qu’il y a un problème ?" "Non, aucun." réplique Astrid froidement mais sa main trouve celle de son petit-ami pour ne pas offrir de satisfactions à Taylor. Ce dernier ne l’accepte pas, les traits tendus. "Astrid a raison. Il n’y a aucun problème, plus rien du tout." Sam quitte la pièce sur ses mots et Taylor glisse un ‘préviens-moi quand t’en auras marre de ta princesse de glace' au passage. Astrid retombe mollement assise sur son lit, les bras ballants. “Tu peux partir, maintenant.

image

"Are you even listening to me?" (caine)

Diana savait que Caine allait partir dès que Quinn avait mis un pied sur cette île. Elle ne lui était pas suffisant évidemment. Mais elle ne fit pas mine de le suivre en faisant ses bagages, elle l’examinait, les bras croisés contre sa poitrine. Il fourrait des vêtements dans un sac en sifflotant joyeusement, la question qu’il avait posé été sur le même ton. Diana était plus ferme à l’instant. “Je ne pars pas." Caine suspend son geste dans l’air, le sourire et le regard figés quand il relève les yeux vers elle. Elle doit admettre qu’elle craint une colère froide même si elle ne trahit que de la lassitude et de la conviction. Les doigts du garçon exécutent un léger mouvement et elle sent une main invisible la pousser vers le placard à habits. "Je t’ai dit de faire tes bagages." Diana résiste et tient tête à Caine. Elle est bien la seule à s’y oser et elle savait que c’était une chose qu’il aimait chez elle. "Non." Mais cette fois ça l’énervait, il serre durement la mâchoire. "Je t’avais dit que c’était soit conquérir le monde, soit moi, Napoléon. Tu m’avais choisi… mais c’est plus fort que toi, il faut toujours que t’ailles à l’avant des ennuis. Mais je ne quitterais pas cette île, moi." "Ne m’oblige pas à faire ce qu’on regrettera tout les deux." siffle-t-il entre ses dents. La jeune femme affiche un air sûre d’elle alors qu’elle sent quelque chose ciller en elle. "Tu m’as sauvé la vie deux fois. Tu ne me feras rien." Pour prouver le contraire, il élève faiblement la main et referme ses doigts autour de l’air. Diana sent l’emprise sur son cou alors même que Caine ne la touche pas, il use de son pouvoir sur elle et l’air lui manque petit-à-petit. Elle sent le sang qui veut monter à son cerveau mais qui n’y arrive pas comme il faut à cause de l’étranglement. Elle est en panique. Il lui faut mobiliser toutes ses forces pour ne formuler que quelques mots. "Caine… j’espérais.." Soudain, l’air lui revient et elle plaque une de ses mains contre sa gorge dorénavant délivrée. Elle se tente à regarder Caine qui assimile ses actes juste quelques secondes. "Quoi ?" aboie-t-il. "Tu espérais que tu suffirais à me rendre heureux et que tu arriverais à m’apprivoiser ?" Quelle idiote, était-ce vraiment ce qu’elle s’était mis à espérer ? Non, au fond, elle avait toujours su que Caine serait incapable de rester tranquillement sur cette île avec elle et les deux autres. Il était dominateur, assoiffé de pouvoirs et brutal. D’un signe de main désinvolte, elle est projetée contre lui et il l’embrasse à pleine bouche, ses mains au niveau de ses fesses. Même la nourriture de cette île n’a pas meilleur goût que Caine. Elle le déteste, c’est décidé. Un peu plus encore quand il lâche ses lèvres. "J’ai eu ce que je voulais de toi, Diana. Tu me l’as donné entièrement, tu en avais autant envie que moi. Mais si tu t’imagines que t’as trouvé dans le sexe un moyen de me contrôler, tu te fourvoie complètement. Je suis Caine, je suis un quatre barres et c’est moi qui commande. Je veux bien te laisser prendre quelques décisions, te laisser me charrier tant que tu veux, j’aime l’idée que tu me tiennes tête et que tu me donnes ton avis. Tout chef qui se respecte a besoin d’être défié quelques fois." Il se penche si près d’elle qu’elle sent son souffle caresser son oreille. "Rappelle-toi juste que c’est moi: Caine. Ceux qui s’opposent à moi finissent toujours par le regretter." Il se redresse avec un sourire, effleurant du bout de doigts le cou de la jeune femme comme pour lui rappeler ce qu’il avait fait tout à l’heure.. "Maintenant fais tes bagages, on part dans dix minutes." "Tes désirs sont des ordres." s’exclame-t-elle avec un sourire amer. Oh Caine, aurais-tu oublié que je suis Diana ? Tu vas souffrir de la pire trahison, pense-t-elle les yeux embués de larmes quand elle se retourne vers ses vêtements, mais tu l’as cherché en me forçant à revenir là-bas.

image

"Do you love me?" (caine)

Pitié. On dirait un gamin pathétique qui a besoin de réconfort. Ce n’est pas digne de toi et encore moins de moi alors tu veux bien récupérer ta dignité et arrêter d’être aussi lamentablement amoureux de moi.

image

"Don’t go." (caine)

Diana peut entendre les autres arriver, ils sont là pour achever le travail. Pour tous les tuer. Caine est déjà en mauvais état, le sang coule abondamment de sa plaie au ventre, mais il n’est pas vaincu. Il y a encore moyen qu’il s’en sorte. Il transmet cette conviction dans la force avec laquelle il s’accroche à la main de la brunette. Diana jette un nouveau regard inquiet par-dessus son épaule. Ils n’en ont pas pour longtemps. Elle pourrait rester et mourir avec Caine, son seul et véritable amour. Mais quelque chose veut encore se battre en elle. Le jeune leader doit l’avoir perçu parce qu’il serre plus fort encore, les yeux suppliants. “Diana…" Les lèvres tremblantes, elle embrasse le front de Caine puis ses lèvres salées et sèches. "Je suis désolée, Caine." Elle se redresse et accorde un long regard au brun, une larme roulant sur sa joue. "Non, ne t’en vas pas… ne me laisse pas ici." Elle lit surtout sur ses traits qu’il ne veut pas être seul. Il lui avait dit lui-même qu’elle était le seul être humain dont il avait besoin. C’est le cœur serré qu’elle lui tourne le dos en courant. Elle se sentait nauséeuse et déséquilibrée à l’idée qu’elle soit capable de laisser Caine mourir seul.

image

"I could kill you!" (caine)

Le rugissement de Caine lui arrive aux oreilles même si elle est à l’arrière du bateau et que c’est dirigé contre Bug qui les a manifestement amené sur une fausse piste. Diana n’a pas la force de ricaner en lâchant un ‘je te l’avais dit’. Elle meurt de faim et de soif, et le soleil qui tape fort sur son crâne n’aide en rien. Cette île était supposé leur offrir enfin des vivres mais il semblerait qu’il n’y ait pas grand chose dessus au final. La brunette laisse ses doigts effleurer la surface de l’eau fraîche jusqu’à ce qu’elle décide d’y plonger la tête. La sensation est de loin une des plus agréables qu’elle ait eu depuis un mois. Elle n’a aucune envie de la ressortir, le sel sur sa peau est une douce caresse qui est autorisé à l’étreindre pour toujours. L’instinct de survie de Diana était au point mort, elle ne voulait plus vivre si c’était dans ces conditions. Si ils étaient réduits à crever constamment de faim. Merde, même Bug avait réussi à les pousser à bouffer de la chair humaine, celle de Panda qui s’était suicidé, simplement par famine. Elle n’en pouvait plus. Il était si facile de renoncer. Elle n’avait qu’à se laisser basculer du bateau ou.. plus qu’à boire un peu d’eau de mer. Sa bouche s’ouvre et au moment où elle était prête à avaler l’eau, elle pense à Caine. Leurs mondes n’étaient pas biens si ils n’étaient pas ensembles, c’était pour cette raison qu’elle était resté à ses côtés au lieu de s’enfuir dans le camp de Sam. Il ne supporterait pas de se retrouver seul. Elle relève la tête, vomit l’eau et tousse, les poumons en feu. Son attention se tourne sur l’avant du bateau où aucun de trois n’avait remarqué ce qui venait de se passer. Caine continuait à aboyer des ordres. Il était tellement beau dans des moments comme ça, même la famine ne lui enlevait pas ça et son charisme. Mais il n’avait rien remarqué, trop occupé à s’énerver parce qu’ils risquaient de rester sur ce bateau jusqu’à la fin, ils n’avaient pas assez d’essence pour faire marche-arrière. Tout ce qui leur restait était cette satanée île. Peut-être que c’était un signe que personne n’ait rien vu de sa tentative. Elle se tient debout à observer un peu plus longtemps Caine, déstabilisée que maintenant il soit la seule chose qui la pousse à s’accrocher à la vie. Mais ça ne doit pas être assez puissant parce que lorsqu’il se retourne et qu’il prononce son prénom sur le ton de la mise en garde, elle se laisse basculer dans l’eau, en sachant que son corps n’avait pas assez de force pour nager et que Caine avait trop utilisé son pouvoir aujourd’hui et pas manger pour s’en servir pour la sauver. La chute parait durer une éternité et bientôt elle est recouverte des fonds bleus, ses vêtements la poussant vers le bas. Quel soulagement de s’autoriser à mourir.

image

"It’s time to choose." (caine)

Tu ne gagneras jamais avec cet ultimatum, Caine. Je me choisirais toujours moi et tu le sais. Je ne bosse que pour moi-même quoi qu’il arrive, quoi que je fasse pour toi. C’est donc plutôt à toi de décider si tu es prêt à me voir partir ou pas.

image

"Just go." (caine)

Il pose une main soucieuse et fatiguée sur son front, il semblait complètement HS. Elle esquisse un mince rictus. “Je pourrais parce que tu as l’air terriblement ennuyant là tout de suite." commença-t-elle, faisant mine que deux de ses doigts marchaient sur l’épaule de Caine. "Mais quel genre de bras droit ça ferait de moi ?" Elle s’assit sur le bureau juste en face de lui, croisant les jambes pour se jouer un peu de lui alors qu’elle n’attendait qu’une chose: qu’il les lui écarte. Ce mouvement attire son attention puisqu’il relève la tête, d’abord, peu amusé, mais il finit par laisser un sourire de serpent s’emparer de ses lèvres. "Un pitoyable." Elle dodelina lentement de la tête avant d’enlever son t-shirt et de le lancer plus loin dans la salle, arquant un sourire pendant que le brun admirait la vue qui venait de s’être offert à lui. Les mains de Caine frottèrent d’abord ses cuisses puis il s’arrêta à ses genoux et les écarta sans ménagement, son bassin se frayant un chemin contre celui de Diana. Il s’empara presque férocement de ses lèvres, oubliant les nouvelles inquiétudes qui étaient apparues et respirant l’air toxique qu’était la jeune femme. Sa main s’arrêta à sa clavicule et il la poussa contre le bois du bureau, sa bouche délivrant de nombreux baisers fiévreux à différents endroits, redescendant vers son pantalon contre lequel il ne lui fallut pas longtemps pour venir à bout. 

image

"Never again." (caine)

Caine maintenait immobile l’hélicoptère avec trois enfants innocents et Sanjit et d’une autre main il tenait Penny au-dessus du gouffre. Ce n’était pas pour cette garce qu’elle avait voulu garder Caine endormi, c’était pour les braves gamins. Parce qu’elle savait qu’il ne les laisserait pas partir aussi facilement après ce qu’avait fait Sanjit. Penny l’avait su aussi mais elle n’en avait rien à faire. Diana espérait que Caine lâcherait sa prise sur elle. Mais d’abord, elle s’interposa entre lui et l’hélicoptère qui faisait du sur place dans les airs. “Caine, non ! Ne fais pas ça !” “Boucle-la ! Puis qu’est-ce que ça peut te faire ?” “Regarde, il y a des gosses innocents !" Il gardait un sourire mauvais aux lèvres même si elle voyait dans ses yeux que l’information avait fait vacillé quelque chose dans ses iris. "Sanjit aurait dû y penser avant maintenant il va en payer les conséquences." Il ne fit pas de référence aux enfants mais la brunette avait compris le message: ils étaient des dommages collatéraux. Elle posa sa main sur sa joue, cherchant ses yeux qui restaient rivés sur l’hélicoptère. "Ne fais pas ça, je t’en supplie." l’implora-t-elle. "Laisse-moi m’en charger, Caine !" C’était Penny qui avait crié ça, désireuse de ne plus voir sa vie menacer par le garçon qu’elle aimait. Diana comprit immédiatement qu’elle avait fait un faux pas en disant ça. "C’est moi qui prend les décisions !" "C’est elle qui te mène par le bout du nez !" "La ferme !" rugit-il en jouant plus dangereusement avec elle, faisant croire qu’il la lâchait dans le vide pour la rattraper. Elle hurlait en battant frénétiquement des pieds dans l’air. Le spectacle aurait été plus appréciable pour Diana si la vie des gamins n’étaient pas toujours en danger. "Laisse-les partir, Caine." gémit-elle, une main s’accrochant désespérément à son haut. Il paraissait blessé. "Pourquoi, Diana ? Pourquoi tu me trahis ?" La jeune femme partit d’un rire amer, presque hystérique. "Moi, te trahir ? Je suis à tes côtés depuis le début, je ne t’ai pas lâché et je… et je t’aime espèce d’idiot. Je ne devrais pas pourtant vu comment tu es pourri jusqu’à la moelle mais je t’aime." La même lueur de tout à l’heure vacilla dans le regard du garçon mais il finit par lever un sourcil, décidé. "Alors tu dois m’aimer pour ce que je fais. Pour ce que je suis." Diana sût qu’elle avait perdu la partie quand il afficha un sourire, la lèvre inférieure un peu retroussée par une rage destinée à Sanjit. Quoi que… l’amour qu’il lui portait pouvait encore sauver la situation. Elle recula vers le bord de la falaise sans le quitter des yeux ni ciller. "J’ai beau ne pas être un modèle, sur ce coup-là, je ne te suis pas…" La brunette fit un autre pas en arrière. Mais c’était le pas de trop. Elle n’avait pas l’intention de passer à l’acte, juste le menacer de le faire pour qu’il abandonne. C’était un simple faux pas qui allait lui coûter la vie sans doute. Avec cette réalisation, elle battit des bras comme pour s’accrocher à quelque chose qui l’empêcherait de tomber mais la gravité demandait son reste et elle bascula dans le vide. Il ne fallut pas longtemps à Caine pour se précipiter vers la falaise, les paumes tendues vers une Diana tombante. Elle fût stoppée nettement dans sa chute. L’hélicoptère put de nouveau bouger et il s’envola le plus loin possible alors que Penny tomba droit vers le sol contre lequel elle s’écrasa trop violemment pour y survivre. Au fur et à mesure, une marre de sang l’entourait tel un soleil. Mais Caine n’en avait rien à faire, il fit remonter Diana jusqu’à lui et la reposa dans l’herbe, le souffle court. "Pourquoi, Diana ?" bredouilla-t-il quand elle se redressa, choquée. "Tu t’amuses à tester les limites de mon amour ou quoi ?" Bien que c’était loin d’être l’intention de la jeune femme et qu’il le savait parfaitement, maintenant elle était au courant qu’il n’avait apparemment pas de limites. "Pour t’empêcher de devoir vivre avec les meurtres de gamins de 4 ans sur la conscience, Caine." Il avait déjà tué Hank au port aujourd’hui, et il avait laissé mourir les éléments inutiles de leur équipe. Il avait déjà tué beaucoup de gens et il en tuerait d’autres mais jamais des petits de cet âge. Jamais, des innocents qui étaient juste là au mauvais endroit. Non, elle ne laisserait pas ça arriver parce qu’elle espérait qu’en faisant ça Dieu lui pardonnerait d’avoir mangé de la chair humaine une fois, d’avoir sali son âme. "Je l’ai fais pour te protéger, toi." Elle se nicha dans ses bras et l’étreignit fermement. "Je n’ai plus que toi.

image

"No, that can’t be my baby." (caine)

Ne sois pas idiot, ça ne peut être que le tien, Caine. Pourquoi crois-tu que j’ai changé de camp, que je suis allé dans celui de Sam ? C’était pour t’empêcher d’en faire un monstre ou pire encore, de le tuer parce que tu te sentirais menacé qu’il ait le même nombre de barres que toi." Elle voit ses mots atteindre leur cible en lui procurant une joie mauvaise. Il chancelle imperceptiblement avant de relever le menton, digne comme un lion. "Penny a fini par se venger," lâche-t-il d’un ton lointain comme si l’évocation du bébé et les reproches n’avaient jamais eu lieu d’être. "Elle m’a endormie cette garce et en me réveillant tu sais ce qu’elle avait fait ? J’avais une couronne avec du barbelé qui me rentrait dans le crâne et les mains dans le ciment, ils ont du casser le bloc et chacun des os de mes mains avant que Lana puisse me guérir.” Peut-être que son ton est neutre mais son regard trahit des souvenirs terribles. Diana serre un peu plus le bébé contre elle, le cœur serré par ce qui était arrivé au garçon qu’elle aimait mais c’est un ricanement moqueur qui s’évade. “C’est le Karma, ça." Elle fait évidemment référence aux premiers mois où Caine mettait les mains de tout les dégénérés dans des blocs de ciments parce qu’il voulait être le seul à avoir des pouvoirs. Il réduit lentement la distance entre eux, l’ignorant. "Mais avant qu’on m’enlève ces trucs, Penny s’est fait un plaisir de m’humilier sur la place devant tout le monde, elle m’a torturé l’esprit en m’infligeant des visions terribles. Et tu étais dans une de ces visions, Diana." Elle espérait que Penny était en train de crever au moment où il lui parlait. Sincèrement. "Je veux pas te perdre." Il est surpris par ses propres paroles. "Ni… ce bébé." admet-il en posant une main sur son bras et une autre sur le petit ventre de sa fille de 6 mois déjà ? Bizarre. "Elle s’appelle Gaïa.. parce qu’en fin de compte même si c’est nous qui l’avons conçu, elle appartient au gaïaphage." C’est dingue mais il se raidit qu’à cette simple évocation. "Ca fait à peine une heure qu’elle est né et elle a déjà six mois, elle a tué Bug aussi avec le même pouvoir que le tien. Alors, Caine, tu veux toujours être papa ?

image



dirty little freaks || Spencer&Stiles

shinyspencer:

C’est définitif. La réaction qu’a son entourage vis-à-vis de sa venue au bal avec Maëlan l’agace fortement. Il n’y a qu’Hanna qui avait été ravie. Les autres montent de suite sur leurs grands chevaux et s’imaginent le pire à cause de sa réputation auprès des demoiselles. Brusquement, elle tire son poignet hors de l’emprise de la main à Stiles qui serrait un peu trop fort; assez pour laisser une petite marque rouge sur sa peau en tout cas. Et elle lui adresse un regard meurtrier. “L’idée ne t’effleure pas l’esprit qu’il m’a simplement invité parce qu’il appréciait ma compagnie? C’est pas encore dépassé de venir avec quelqu’un à un bal pour ce motif, si?" Elle aurait pu s’arrêter là, elle aurait dû, parce que le reste qui sort de sa bouche est juste très bas et méchant. Mais sa fierté avait été touché. "Et tu aurais dû te trouver quelqu’un toi aussi au lieu de continuer à t’apitoyer sur le départ d’Harmony." Elle a dépassé les bornes et se met à mâchouiller sa lèvre à l’élan de culpabilité qui grandit en elle. Les yeux de son frère la tuent.. et elle baisse un peu le regard sur ses pieds. D’accord, tu lui dois bien un tour en chenille maintenant. En parlant de chenille, elle reçoit le coup d’épaule de son frère avec un regard interrogateur mais comprend bien assez vite où il veut en venir. Elle tend ses bras en l’air, souriant plus ouvertement à la sensation. Sa tête roule légèrement en arrière tandis que la chenille commence à aller plus vite. Mais il lui manque l’euphorie qu’elle éprouvait à chaque fois qu’elle montait à bord, petite, avec Stiles qui lui tenait fermement la main comme si il craignait que la machine la lui vole ou tente de s’en prendre à elle. Elle oublie le moment gênant qui date d’une minute, et sa courte dispute avec son frère, et elle oublie le monde en dehors de cette chenille. Elle se souvient et comprend pourquoi Stiles tenait tant à faire ce manège, il voulait retrouver cette sensation. Se retrouver avec elle. Mais elle redresse la tête au défi lancé. C’est vrai qu’il y avait toujours les ballons à attraper. D’ailleurs, le forain en fait descendre un qui pendouille à un endroit et dont ils ne passent que brièvement en dessous. "Oh la la, on va tellement les écraser. C’est même pas juste pour eux." Elle a beau dire que ça n’est pas juste, elle est la première à se lever, les bras tendus, pour récupérer le ballon quand ils arrivent en dessous. Elle pose leur petite victoire entre eux. "C’est bon, je suis lancé." Celle-là c’était pour toutes les fois où elle n’avait jamais pu attraper le ballon parce que a) elle n’avait qu’une main de libre, b) ça ne servait à rien de se lever de son siège parce qu’elle était trop petite et c) de toute façon Stiles l’en empêchait parce qu’il avait peur qu’elle passe par-dessus bord.

image

Ce n’est que lorsque Spencer retire son bras qu’il se rend compte qu’il le lui tenait en premier lieu. Il reste confus un moment, tendant et refermant ses doigts plusieurs fois nerveusement. Il mérite le regard de sa sœur -même si il n’est pas convaincu par la raison qu’elle donne- mais il n’a pas l’impression de mériter le reste. Pas l’évocation d’Harmony. Sa gorge se serre, sèche. Fais chier. Sa main glisse à l’intérieur de la poche de son jean et il en sort une flasque alors que Spencer contemple ses chaussures. Cul-sec. Il sent ses yeux lui piquer un instant mais ça disparaît au moment où il le réalise. L’étau sur sa gorge en a fait de même et il lance à l’intention de sa sœur avec un faux enthousiasme, remettant à sa place la flasque: “Bon, on va la faire cette putain de chenille !" Et ils la faisaient en effet. Spencer se prête enfin au jeu. C’est pas trop tôt ! Il hoche à peine des épaules. "Mais c’est cool pour nous." Quand le forain fait descendre le premier ballon, les yeux du garçon s’illuminent d’une lueur enfantine. Elle est à eux. Mais il accepte de laisser sa sœur faire pour la première balle, il la regarde et hurle à s’en briser la voix en lançant ses bras un peu plus haut lorsqu’elle l’a en mains. "Première victoire aux Hastings !" Il se retourne vers les deux gosses derrière eux et frotte ses mains l’une dans l’autre avec un air machiavélique. "Dommage pour vous les gars, vous ferez mieux un autre jour, contre de mauvais adv-…" Mais il s’arrête en plein milieu de sa jubilation. Il voit la main de la petite fille fermement ancré dans celle de son petit frère, il a l’air complètement inconscient de son entourage. Des souvenirs refont surface. Et sans plus de réflexion, il attrape la balle qu’a récupéré Spencer plus tôt et leur tend. La fille a l’air un peu craintive mais finit par la prendre. "Merci." La louve à côté de lui râle de voir sa victoire partir, mais s’élance déjà pour en attraper une autre. "Il va bien ton frère ?" finit par demander Stiles, les sourcils plissés par l’intérêt qu’il leur porte. Il ne devrait pas pourtant. C’est stupide de se voir à travers ces gamins. Mais il ne peut pas s’en empêcher. Il sent sa propre sœur s’agiter à côté en fonçant pour une nouvelle balle. "Il est autiste…" La petite fille a une petite moue triste à ses mots, tendant la balle à son frère qui ne l’accepte pas, elle est obligée de la poser sur ses genoux. Stiles ferme brièvement les paupières en soufflant un petit "ce n’est pas de ta faute" qu’il sait qu’elle n’entendra même pas. Puis il se ré-installe confortablement dans son siège, un peu secoué. Mais la main de Spencer vient trouver la sienne, leurs doigts se nouant, et il esquisse un sourire. "On va avoir le droit à la marche-arrière.”

(Source : stiles-hastings)



dirty little freaks || Spencer&Stiles

shinyspencer:

Probablement que ce n’est plus une si bonne idée que ça de lui arracher des compliments si ils ressemblent à ça. Elle répond d’un ton cassant. “C’est ça, je ‘rocke’." Elle ne croit pas pouvoir avoir un instant de sérieux avec lui quand il est dans cet étant, pourtant il évoque son cavalier et elle se met à le chercher des yeux, en sachant d’ores-et-déjà qu’il doit être dans les alentours du bar. Elle se stoppe aussi sur Jackson et Lydia en train de danser, ils n’ont pas besoin de se cacher eux, ils représentent même le duo idéal du lycée, et elle déglutit son amertume. Et le nom de Toby fait écho dans son crâne, se sentant bête de ne pas avoir pensé à lui alors même que ça semblait être une évidence pour son frère. "Non, c’est pas lui, pourtant c’est vrai que ça aurait été un bon choix aussi." Un petit truc entre amis, ils seraient restés avec Hanna et Isaac. Et il l’aurait sûrement forcé à faire un karaoké avec lui. D’un côté… elle a déjà son frère pour l’humilier ce soir. "C’est, hm, Maëlan. C’est le seul à m’avoir proposé et j’ai accepté." déclare-t-elle simplement, passant tout de même une main derrière sa nuque. Une fois dans le wagon de la chenille, Stiles triture les coins de ses lèvres en les élargissant et elle doit secouer de la tête pour qu’il laisse retomber ses doigts. Elle va jusqu’à lui adresser un regard perçant en retour. Ce qu’il dit devrait l’adoucir, la toucher, intérieurement ça la réconforte mais elle répond avec du sarcasme. "Je te félicite, tu devrais leur proposer ce slogan et peut-être même leur faire de la publicité." Malgré tout, ça la détend un peu et elle est presque prête à rentrer dans le jeu; sauf qu’elle capte le regard de Jackson plus loin et elle retourne la tête brusquement, honteuse. Non… il ne la reconnaîtra pas. Evidemment son frère fait l’idiot à côté alors elle exécute un mouvement pour descendre ses mains et qu’il arrête de faire comme si il tournait /vraiment/ une publicité. "T’as finis de faire ton cirque à la fin?" gronde-t-elle, le regard sévère. Dieu merci, la chenille décide de se mettre en route à ce moment précis et elle peut souffler au beau milieu de tout ces gosses, Stiles compris.

image

Le ton de sa sœur échappe complètement à Stiles qui sourit davantage, croyant à la bonne réception de son effort. Mais ça commence progressivement à s’estomper quand elle affirme qu’elle n’est pas venue ici avec Toby. Quoi, qui ça ? Maëlan ? Ah, ça doit être une blague. Il n’avait rien contre lui à la base, il était un peu chiant avec ses manières de riche et son besoin incessant de rappeler qu’il était supérieur au ‘tiers-monde’ mais sinon ça allait, quoi. Mais voilà ils rencontrent un petit problème si il s’intéresse de près ou de loin à Spencer parce que ce type a pas la réputation d’être un saint -il couche à l’arrière de sa limousine !-  et le jeune Alpha est trop protecteur envers sa sœur. Tel qu’il lui a attrapé le poignet inconsciemment. Dans le vif du sujet. Ca le fait redescendre quelques instants, inquiet. “Maëlan ? Tu es au courant que c’est un coureur de jupons et que si tu es ici avec lui, c’est parce qu’il a pas les intentions les plus sages derrière la tête par rapport à toi ?”, enfin la constatation qu’elle est sans son cavalier, apaise son esprit et il s’en veut presque d’insinuer qu’un garçon comme lui ne pouvait s’intéresser qu’au dépucelage de sa sœur. Même si il est persuadé qu’il n’est pas dans le faux ! Puis l’idée de la publicité vient sur le tapis et il fait mine d’y réfléchir. “Peut-être que je devrais me lancer dans le show-business ouais. Mais ça ruinerait un peu mon plaisir de faire la chenille je crois…" Il ne comprend pas pourquoi elle l’empêche de faire son cirque justement, l’alcool lui fait du bien ce soir et il se prend à espérer que peut-être il réussira à avoir une nuit complète aujourd’hui. Peut-être. Mais l’incertitude le rassure toujours plus que la conviction que ça ne sera pas le cas. Et il dit au revoir à sa moue renfrognée quand la machine s’enclenche, levant déjà les bras pour rentrer dans le truc complètement. Avec un petit coup d’épaule dans celle de Spencer, il la pousse à en faire de même. C’est cool de se laisser porter et de sentir la petite brise de vent qui deviendra un peu plus puissante quand ils prendront de la vitesse. "C’est nous qui devons attraper le plus de ballons, ok ? Sors-moi ton esprit de compétition et foutons la pâté à ces sales gosses.

image

(Source : stiles-hastings)



alicat